Publicité

«Il me rejoignait en caleçon. Un jour, il s’est même déshabillé devant moi. Il était tout n.u»

«Il me rejoignait en caleçon. Un jour, il s’est même déshabillé devant moi. Il était tout n.u»

Vous êtes sur Dakarzoom.com. L'info certifiée, la proximité à tout prix. Lisez et commentez s'il vous plaît nos articles. Vos suggestions sont les bienvenues.

C »est le récit glaçant d’une dame devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. A en croire L’Observateur qui revient sur les minutes du procès, Fatoumata Dia, femme mariée, accusait Sakoura B de coups et blessures volontaires, tentative de viol et attentat à la pudeur. 

Publicité

«Il me rejoignait en caleçon. Un jour, il s’est même déshabillé devant moi. Il était tout nu», raconte à la barre la plaignante, reprise par le journal du groupe futur médias.

Publicité

La dame rapporte qu’après plusieurs tentatives infructueuses d’obtenir ses faveurs sexuelles, Sakoura B. a nourri envers elle «une haine viscérale». C’est ainsi qu’un jour, alors qu’elle faisait le linge, l’accusé lui demande de déplacer ses bassines. Elle ignore l’injonction. S’ensuivent des échanges de propos aigres-doux et une bagarre au cours de laquelle, selon l’accusation, Sakoura B. lui envoie un banc à une jambe.

Fatoumata Dia se procure un certificat médical attestant une Incapacité temporaire de travail (ITT) de dix jours et porte plainte. S’il reconnaît avoir levé la main sur sa belle-sœur, le mis en cause a réfuté les accusations de viol et d’attentat à la pudeur. «Je ne lui ai jamais fait de proposition indécente. La morale même ne me le permet pas», a plaidé Sakoura B. à la barre.

➔ À Lire aussi :   Donald Trump libéré sans contrôle judiciaire, un procès ...

Il a été condamné à trois mois avec sursis. Le parquet avait requis six mois ferme.

MERCI DE PARTAGER L'ARTICLE
votre avis sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité
Profitez - en pour lire aussi
idées